Pourquoi cet engagement dans le coaching et la lutte contre le burn-out?

Quelques questions-réponses pour comprendre mon parcours, mais surtout qui je suis réellement et les valeurs que je transmets…

Qui est Xavier Reydams ?

Avant, quand on me demandait qui j’étais , je me définissais par mon  expertise, je mettais en avant mes  connaissances acquises.

Je me définissais comme ayant travaillé depuis 20 ans dans le domaine de la psychiatrie et de la psychothérapie, que ce soit pour le compte de firmes pharmaceutiques, ou de par différents postes à responsabilités au sein de l’hôpital.

La divulgation de ce pedigree va faire que tu es directement reconnu par tes paires pour le rôle, la place que tu exerces dans cette société.

Mais cette identité que je donnais au départ était un peu une explication de qui je suis par procuration. Ce n’est pas mon « vrai moi ».

Qu’entendez-vous par l’expression « qui je suis par procuration » ?

Cette déclinaison de moi-même était un peu le résultat d’une adaptation a un moule dans laquelle on nous pousse à rentrer dès notre enfance au travers de notre éducation familiale, culturelle, sociale, religieuse, au cours de notre apprentissage scolaire, etc.

Le premier quart de notre vie est un matraquage d’informations, de connaissances où l’on laisse bien souvent peu de place à l’épanouissement de « l’être que je suis », à nos spécificités et à nos talents naturels. 

L’apprentissage est obligatoire, non ? 

Oui, bien sûr… Mais durant cette période, si vous avez la moindre opinion divergente ou une conception très individuelle de la vie, de votre existence, de votre société, dès l’école primaire, on vous fait comprendre très rapidement que tout cela,  c’est du rêve et pas de la réalité.

Et c’est à ce moment-là que vous allez commencer à entendre des phrases telles que : « Redescends sur terre… », « La vie ce n’est pas ce que tu crois… », « tu crois que toi tu vas pouvoir changer quelques chose… », « n’est-ce pas être un doux rêveur que de tenir les propos que tu tiens… », etc.

Ce type d’idées qu’on assène aux autres, c’est le début de la pensée unique et de la voie unique « du bonheur ». Bonheur derrière lequel vous aller essayer de courir toute votre vie car vous allez ignorer vos rêves. Vous ne vivrez donc pas votre bonheur mais bien celui qui vous à été appris et c’est là que commence ce que j’appelle : « la vie par procuration ».

Les rêves sont réalisables et la vie peut devenir un rêve à partir du moment où le rêve n’est pas construit sur l’image que l’on en a au travers des médiats mais bien de nos propres envies, de nos besoins et de nos talents.

Peu importe les rêves que l’on a, qu’il s’agisse du rêve de devenir riche, du rêve d’avoir une famille, du rêve de supprimer les famines sur cette Terre, du rêve de vivre en plus grande harmonie avec notre terre nourricière, tous les rêves peuvent se traduire de façon concrète et peuvent être vécus.

Tous ces rêves d’enfants, plutôt que d’apprendre très rapidement à les refouler, et donc de nous transformer en être frustré, ne serait-il pas plus intéressant de les valoriser ? 

L’important, c’est que nos rêves viennent bien souvent de nos aspirations profondes, de notre sensibilité, de notre cœur, et donc ils sont une incroyable force motrice de motivation. Le rêve peut-être le déclencheur d’un réel enthousiasme qui va nous amener à faire de grandes choses sans nous soucier du regard des autres et à renforcer notre confiance en soi. 

Que préconisez-vous pour vivre une vie en harmonie avec soi?

Le mieux est d’apprendre :

  • à identifier nos rêves
  • à les gérer
  • à les construire avec enthousiasme et motivation

Vivre en harmonie avec son talent naturel et ses motivations profondes, c’est la clef du bonheur !

Je vous donne un exemple : Lors d’une soirée entre amis, vous avez certainement déjà eu des discussions passionnées, vous avez refait le monde… Tout à coup, la notion du temps a disparu et vous vous êtes surpris à avoir parlé pendant des heures. De tels instants sont en fait des moments de pleine conscience a soi, de ce que vous êtes et voulez réellement, et de tels moments suppriment toutes les notions du « raisonnable ».

Il y a tout à coup une disparition soudaine de toutes ces fausses croyances induites par ce matraquage de la pensée unique, ce moulage induit par notre société.

En fait ce sont lors de tels instants privilégiés que nous sommes au plus proche de  nos pensées profondes, de nos envies, de nos besoins.

N’est-ce pas un peu un discours antisystème ?

Non, au contraire ! Ces réflexions sont là pour que notre système actuel avec tous les progrès technologiques qu’il a apportés puisse perdurer et continuer à évoluer (augmentation de la durée de vie, diminution de la famine, traitement contre le cancer, etc.). Pour que cela perdure dans le temps, il faut remettre l’humain au centre. Et pour cela, chaque individu devrait redécouvrir ses rêves et ses talents.

C’est la redécouverte de nos spécificités, de nos particularités individuelles qui permettra  à notre société de continuer à s’ouvrir aux autres et à évoluer.

Comment vous décririez-vous aujourd’hui ?

Aujourd’hui, je me décris comme quelqu’un qui a envie de partager ses compétences, tant celles d’infirmier psychiatrique, de coach, que mon expérience personnelle :

J’étais à la recherche continuelle du bonheur au travers de la reconnaissance des autres, ce qui m’a amené à un burnout salvateur.

Du burn-out destructeur au burn-out salvateur

Je travaille en partie à l’hôpital avec des adultes où souvent le mal est déjà fait.

La vie les a tellement éloignés de leurs rêves, de leurs propres personnes, qu’ils étaient en perpétuelle recherche du bonheur par procuration et cela les a entrainés dans la dépression, le burn-out, etc.

Grâce au coaching, je peux travailler en amont, de manière préventive, ou encore dans la reconstruction de l’après burn-out .

L’objectif principal est la reconnexion à l’être exceptionnel que nous sommes tous.

Nous ne serons plus à la recherche du bonheur, mais nous vivrons pleinement notre potentiel :

  • En l’identifient, 
  • En le développant 
  • et en le protégeant. 

Pour moi, c’est une démarche qui a fonctionné, et le burn-out, de destructeur, est devenu salvateur.

Peu de gens le savent, et pourtant, les outils du coaching sont si puissants que de nombreuses personnes pourraient éviter tout problème de burn-out pour peu qu’elles aient travaillé un peu plus en amont. En accompagnant les personnes à redéfinir leurs talents naturels, leurs besoins, leurs motivations profondes, on éviterait pas mal de frustrations.

Le coaching va pouvoir aider les personnes à prendre confiance en elles, à être fières de leurs différences. Pour moi, travailler cela dès l’enfance est important, et c’est pour cette raison que je travaille avec Elena Goutart qui est coach en parentalité et qui s’occupe en partie d’aider les parents.

Parce que le travail essentiel va être de travailler avec ces personne sur la redécouverte de qui ils sont.

vous êtes intéressé par mes conférences?

prenons contact!

Indiquez-moi les jours et heures auxquels je peux vous rappeler. Il est toujours plus agréable d’échanger de vive voix…

9 + 13 =